II & V. Portrait physique des deux héros

  • II.

    PARLÉ : RÉCIT ET DIALOGUE

    ..........................................................................................................................

    Le comte Garin de Beaucaire était un vieillard fatigué  qui avait fait son temps. Il n’avait nul héritier, fils ou fille, à l’exception d’un seul garçon dont voici le portrait.
    Ce jeune seigneur s’appelait Aucassin. Beau, élégant, grand, il avait les jambes, les pieds, le corps et les bras bien faits. Ses cheveux étaient blonds et très bouclés, ses yeux vifs et rieurs, son visage lumineux et allongé, son nez haut et bien planté. Il était doué de tant de qualités qu’il n y avait place en lui pour aucun défaut.
     
    Aucassin et Nicolette, GF Flammarion, Paris, 1984, p. 45

     

    V .

    CHANTÉ

    Nicole est emprisonnée

    dans une chambre voûtée,

    habilement conçue

    et ornée de merveilleuses peintures.

    À la fenêtre de marbre             5

    s’est appuyée la jeune fille :

    sa chevelure est blonde,

    ses sourcils bien dessinés,

    son visage lumineux et fin :

    vous n’en avez jamais vu de plus belle.     10

    Aucassin et Nicolette, GF Flammarion, Paris, 1984, p. 55

    Activités

    1. Lis le portrait des deux jeunes ci-dessus, puis réponds aux questions du quiz.

    2. Place les mots au bon endroit. JCloze

    Voici encore un extrait avec le portrait physique de Nicolette :

    XII. PARLÉ

    Elle avait les cheveux longs et frisés, les yeux vifs et riants, le visage allongé, le nez haut et régulier, les lèvres fines et plus vermeilles que la cerise ou la rose en été, les dents blanches et menues ; ses deux petits seins soulevaient son vêtement, fermes et semblables à deux grosses noix ; sa taille était si fine que vous auriez pu l’entourer de vos deux mains ; les fleurs des marguerites qu’elle brisait en marchant et qui retombaient sur le dessus de ses pieds devenaient tout à fait noires, comparées à ses pieds et à ses jambes, tellement la fillette était d’une blancheur de neige.

    Aucassin et Nicolette, GF Flammarion, Paris, 1984, p. 79-80

excelfiletwo-foldersframe-landscapegraphpaintpdf-file-format-symbolpicturepowerpointvideo-camerawordzip-compressed-file-format-interface-symbol
user